Lui Magazine réchauffe les tribunes avec son calendrier 2017

Vous vous rappelez d’mon pote Hervé, mon vieil ami qui m’avait fait découvrir la revue érotique treats ? Il est passé ce matin à La Buvette, à l’heure du petit blanc, et m’a offert le calendrier 2017 de Lui Magazine. Quand on connaît l’gazier, rien d’bien étonnant. C’qui m’a toujours fasciné chez lui, ce sont ses connaissances en magazines de charme. C’est simple, vous lui demander qui était sur la couv du Lui en Aout 78, il répondra du tac au tac « Odile Michel, en petite tenue de tennis, Diabolo Menthe à la main… Ah la belle époque où la revue coûtait seulement 7 francs. Le double dix ans plus tard… 7 francs pour voir les nibards à Mireille Darc ou Marlène Jobert, c’était quand même pas cher payé mon Gustave ».

burger king, single fries, frites à l'unité, friterie, casse dalle, la buvette

Burger King lance la frite à l’unité !

Burger King n’en finit plus d’nous amuser, voilà qu’il vient d’annoncer le lancement des « Single Fries », les toutes premières frites vendues à l’unité et emballées comme des carambars. Une insulte à tous les gérants d’baraque à frites, à nos amis Belges, à la friterie « Momo », à ce bon vieux Claudy et surtout à notre bien aimée famille Tuche. Bon ok on est tous d’accord pour dire qu’cette annonce sent le poisson d’avril à plein nez, mais faut quand même arrêter d’nous prendre pour des cons. Personne n’a envie de manger qu’une seule frite après un Whopper ! Et même le jour où je me ferais péter la sous-ventrière, avec 3-4 Whopper, il me faudra quand même d’la patate en masse. Ok pour rire un coup mais « faut pas commencer à jouer avec mes couilles ! ».

Emily Ratajkowski réchauffe La Buvette pour Jacquie Aiche !

Aujourd’hui, la température vient d’monter d’un cran à La Buvette. Normal, la belle Emily Ratajkowski est de passage au comptoir et elle est loin d’passer inaperçue ! Même Jeannot a lever la tête de son blanc sec en voyant arriver cette déesse, c’est pour dire. En effet, la joaillerie californienne Jacquie Aiche a choisi la sublime Emily pour mettre en avant sa dernière collection Printemps-Eté 2016. Et franch’ment y’a pas à dire, c’est plutôt réussi. Voilà une marque de bijoux qu’on est pas prêt d’oublier d’aussi tôt. Oh oui c’que j’vais être heureux d’glisser un p’tit sourire en coin à mon poteau quand nos gonzesses en parleront au prochain repas de couple à la con. Entre regards envoûtants et poses provocatrices, difficile de garder les yeux sur les bracelets, bagues et autres colliers… Camion ? Pouet pouet !

slize, pizza au mètre, paris, pizzeria, la buvette, gustave le populaire

Slize. la pizza au mètre parigote !

« Slt Gustavo, ça te tente l’enterrement de vie de resto de SLIZE dimanche ? ». Mais putain de quoi y m’parle c’lui-là ? Y’a que mon pote Michel pour me SMSser des trucs pareils, surtout la veille d’un derby… de deux derbys. Mon copain Michel, l’est un peu intello. Il porte une veste en v’lours côtelé depuis le bahut. L’a toujours un bouquin dans la poche arrière d’son falzar. Y s’écoute Boris Vian sur son auto-radio et il fume des gauloises. Mon copain Michel, y se prend un peu pour Gainsbarre en fait. C’est sur qu’avec lui ça vole plus haut qu’avec les copains du stadio. Justement, il en a strictement rien à carrer du foot. Alors quand tu luis réponds « mais frangin t’es timbré, dimanche c’est derby ! », il dit rien mais t’sais bien qu’il en pense pas moins. Du coup on s’est capté ce matin, on s’est pris un kawa à la terrasse d’un rade et il m’a parlé de SLIZE, une pizzéria parisienne dont le concept est plus qu’alléchant.

L’étui à pizza pour les fringales au stadio

Il y a quelques semaines de ça, Sainté jouait un dimanche et comme souvent quand Sainté joue les dimanches, on se cale à l’appart de Patrick, le temps de prendre un petit apéro, de bouffer des pizz devant le CFC et de profiter un max avant leur cryptage d’enculé. Mais on était tellement à fond dedans, qu’on avait fini par oublier qu’on devait bouger pour aller voir le match à La Divette de Montmartre avec les autres blets d’immigrés de Paname. Alors on était partis comme des connards, totalement à l’arrache, la binouze tout juste ouverte dans une main, la part de pizza dans l’autre… Même plus l’temps de rouler sa clope, même plus la place pour la fumer de toute manière, pas envie de louper l’entrée des joueurs et les deux secondes de tifos offertes par canal… Alors l’autre jour quand j’ai trouvé ce putain d’accessoire en cherchant des barquettes en plastique pour servir les frites à La Buvette, j’ai trouvé ça tellement débile que je l’ai commandé direct. 

Elisa Meliani pour le magazine érotique treats!

Déjà 5 ans que le magazine érotiquement artistique treats! a été créé et pourtant j’en ai entendu parler hier pour la toute première fois. Celle-là, je la dois encore une fois à mon pote Hervé. Comme tous les vendredis, je le vois débarquer à La Buvette. Jusqu’à là rien d’anormal, c’est son petit rituel de venir s’en jeter un après le boulot, à la fin de la semaine. Sauf que là, à peine arrivé, le voilà qui pose sur le comptoir, tel un shooter tout juste terminé, un magazine avec une gonzesse à poil en couverture. « Tiens mon grand, ça c’est la crème de la crème des magazines érotiques. Fous moi ça en tête de gondole sur le comptoir et crois moi que tes fûts de bière vont partir comme des petites poires ». 

Le calendrier 2016 de Clara Morgane

Vous l’aurez certainement compris, à La Buvette on traite du football d’une manière large et décalée. Nous aimons aborder des sujets qui nous semblent en lien avec ce sport et révélateurs d’une certaine culture populaire. Nous tâcherons de vous dévoiler aux fils de nos articles, l’environnement dans lequel nous baignons, la vision de notre football, de notre passion, de notre art de vivre, tout simplement. Aujourd’hui et à l’approche de cette fin d’année 2015, c’est au bloc « gonzesse » que ça passe. Oui parce que Clara Morgane sort son nouveau calendrier sexy et qu’à La Buvette c’est devenu, depuis quelques saisons maintenant, un putain de rendez-vous !

moulin sel et poivre, grinder, salt, pepper, subbuteo, football, culture populaire, culture foot, la buvette, gustave le populaire

Moulins poivre et sel Subbuteo

A La Buvette, on n’a pas que des buveurs de Suze, on a aussi des mecs totalement fan de Subbuteo. Vous savez le fameux jeu de football où tu joues sur un tapis vert avec des figurines montées sur des socles sphériques que tu dois faire avancer avec tes doigts. Hé ben ils sont tellement accros à cette pratique, qu’ils ont aménagés dans notre petit local, un véritable stade Subbuteo avec des tribunes, des supporters, des éclairages, des journalistes, des panneaux publicitaires… bref, ce sont des dingues. Alors quand je leur ai fait découvrir qu’il existait des moulins poivre et sel Subbuteo ils m’ont fait des frites et des pains pour qu’on les ait à La Buvette.

Diego Maradona devrait ouvrir sa pizzeria napolitaine

Ah sacré Diego, le jour où j’ai appris que tu allais ouvrir ta propre pizzéria, c’est-à-dire hier, j’ai d’abord cru à une blague de L’Épique ou du gorafi, mais non j’étais sur un site fiable et sérieux au doux nom de sportune.fr. Alors j’ai commencé à rêvasser en pensant que t’étais quand même un sacré chouette type. Pendant un court instant je ne voyais plus l’immense joueur que tu étais, j’ai mis sur le banc de touche ta carrière, ton palmarès, ta main de Dieu et même les kilomètres de coke que tu prenais… j’ai juste eu l’image d’un type lambda, qui par amour de la pizza napolitaine, voulait devenir pizzaiolo.

Les BôJoueurs, accessoires de supporter

Hier, au troquet d’Jeannot dans l’quartier de Ménilmontant, je faisais l’étonnante connaissance de Jean-Pierre, Michel et Alain. Des piliers de bars me diras-tu ? Non, des figurines de babyfoot transformées en accessoires utiles et authentiques et portant les noms de célèbres footballeurs des années 80 qui ont honoré le blason français. Clin d’œil à nos années de lycée à squatter le foyer, clin d’œil à nos premiers verres alcoolisés au troquet d’à côté, les BôJoueurs seront là pour te remémorer ces instants magiques où te réunissais avec tes potes, autour d’un baby-foot.