Featured Video Play Icon

Comme souvent les lendemains de grosses rencontres, je prends mon lundi pour rester bien tranquillement sur mon canap à rien foutre d’autres que d’matter des séries, chercher des nouveaux sons et trouver des conneries à vous raconter. Une sorte de deuxième dimanche, presque indispensable pour reprendre de la mine aux lendemains de défaites/victoires bien arrosées. C’est donc en chillant sur Netflix que je suis tombé sur une petite pépite: la nouvelle série « Losers », sortie le 1er mars, qui fait la part belle aux perdants. L’un de ses huit épisodes met en lumières une histoire devenue célèbre outre-Manche, le maintien obtenu par le club du Torquay United FC grâce à la morsure d’un clébard sur un de leurs joueurs.

Nous sommes le 9 mai 1987, le club de Torquay évolue en League 2 (4ème division anglaise) et joue son dernier match de la saison sur son champ de patates. Étant avant-dernier au classement, l’équipe doit absolument gagner pour ne pas être reléguée, ce qui serait synonyme d’une éventuelle extinction du club. Menés 2-1 à sept minutes du coup de sifflet final, un épisode va marquer à tout jamais l’histoire du club. Alors que les supporters sont de plus en plus déchainés, des policiers rentrent au niveau de la tribune avec des chiens pour calmer les plus excités. Quelques instants plus tard, Jim McNichol, latéral de l’équipe de Torquay, en essayant de sauver un ballon qui se dirigeait en touche, se fait mordre le haut de la cuisse par l’un des clébards policiers. Le clebs croyait que le joueur était entrain de s’attaquer à son maître. Résultats, de longues minutes d’arrêts de jeu qui auront permis de connaître le résultat final de Lincoln City, autre club sur la sellette, et de savoir qu’une égalisation le permettrait d’être sauvé au goal-average. Motivés comme jamais, les joueurs de Torquay finissent par planter un but dans les dernières secondes de la rencontre. Le Torquay United évite alors une descente en Conference League, là où le club se serait certainement fracassé en mille morceaux.

Cette belle histoire appelée “The Great Escape” va donc désormais traverser les frontières grâce à Netflix. Alors tu sais ce qu’il te reste à faire pour découvrir le maintien incroyable des Gulls. Paye une pinte à ton pote pour qu’il te file ses codes. Pour l’anecdote, la morsure du chien était large comme une pomme et profonde comme une prune mais étant donné que tous les changements avaient déjà été faits (un seul à l’époque par match), le mec a repris sa place sur le terrain tel un guerrier pour tenter de sauver le club.

 

Leave a comment