« Ils ont entre 16 et 30 ans et vivent leur passion à l’extrême. Ils sont chômeurs, étudiants, experts-comptables et comme des millions de supporters à travers le monde, le football a pris possession de leur âme. Ils vivent football, respirent football, vouent un véritable culte au cuir sacré. Un engouement extrême où la limite entre passion et fanatisme se fait presque imperfectible. Rien ne les empêche de parcourir des kilomètres pour suivre et encourager leur équipe à l’autre bout du pays voir de l’Europe. Ils sont tous animés par ce mélange étrange d’insouciance, d’abnégation, de plaisir et de risque, au nom d’un sport, au nom d’un club, au nom d’un groupe. » Voilà ce qu’on peut entendre à l’ouverture du sublime reportage « Supporters de l’arène » paru en 2003 sur France 3 et dont j’te fais l’plaisir d’te l’faire découvrir ou redécouvrir aujourd’hui à La Buvette.

Ultramarines, Devils, CVS, Collectif Virage Sud, Supporters de l'arène, Laurent Buchemeyer, dorian beaune, ultras, supporters, cultrue foot

Ce sublime reportage réalisé par Laurent Buchemeyer est une hymne à la joie des Ultras, une VHS à montrer à ton beauf, ton père, ta gardienne d’immeuble, qui a encore l’image sulfureuse du supporter qui casse tout sur son passage. A travers ce docu, on rentre dans les coulisses des Ultramarines, l’un des groupes ultras les plus anciens de l’hexagone qui comme beaucoup d’autres, donne tout pour son club et vit chaqu’instant à 100%. On y voit toutes les facettes d’un groupe ultra: les déplacements qui permettent d’resserrer les liens affectifs, d’montrer la force et leur attachement au club mais surtout l’occasion d’affirmer à la ville et aux supporters visités leur crédibilité ; le stade, lieu de communion et d’échange, d’affrontements et de démonstrations, une arène où les supporters se mesurent les uns aux autres pendant 90 minutes pour affirmer leur identité, leur force et deviennent acteur d’la confrontation ; le local, lieu de rassemblement où les membres se retrouvent régulièrement pour y passer un peu d’leur temps, participer activement à la vie interne du groupe et affirmer un peu plus aux yeux des autres leur engagement ; et le nerf de la guerre, la réalisation d’un tifo, le cœur du spectacle, la magie du virage, la récompense d’un travail assidu et créatif offert aux yeux du stade entier, l’espace d’une minute. Toutes les valeurs, les idées, la façon d’agir et de penser se retrouvent à l’intérieur. Une aventure humaine et collective qui par son envergure et son originalité force le respect des groupes ultras rivaux. Une façon de donner une étincelle d’émerveillement dans l’regard d’un enfant et d’offrir du plaisir à qui veut l’prendre.

On y découvre aussi l’aspect social et solidaire du groupe, les actions caritatives qu’ils mènent régulièrement auprès d’organismes humanitaires mais également leur position pour la lutte antiraciste dans l’milieu du football avec notamment leur participation, avec les Devils (groupe ayant disparu depuis) et sous l’effigie Collectif Virage Sud, au Mondial antiraciste à Montecchio en Italie. Un rassemblement qui accueille plus de 4000 supporters de groupes ultras du Monde entier et où les différents groupes mettent de côté toutes animosités pour faire place à 4 jours d’échanges, de football et de fêtes !

Le documentaire se termine avec quelques mots de lutte pour un football populaire : « L’évolution du roi football dans un monde de plus en régie par l’argent perd de sa superbe. Les Ultras bordelais affirment qu’à force d’aseptiser les tribunes françaises par des lois inappropriées, une répression abusive, un calendrier en perpétuel changement au gré des diffusions TV, la notion de sport populaire s’étiole peu à peu et tue irrémédiablement leur raison d’être. Afin de dénoncer les dérives du football moderne et sauvegarder l’âme des tribunes, les virages ultras de France mettent de côté leur rivalité pour se fédérer et préparer à l’avenir des actions communes de grandes envergures ».

Leave a comment