Gand on arrive en ville, guide du supporter à Gand

Gand on arrive en ville, guide du supporter à Gand

À 30 minutes de train de Bruxelles et à moins de 3h de voiture de Paris, se trouve Gand (Gent en néerlandais), une magnifique ville flamande traversée par la Lys où l’équipe de La Gantoise évolue. Deuxième ville la plus peuplée de Belgique après Anvers, si on ne prend pas en compte Bruxelles et son agglomération, Gand est le cœur historique de la Flandre. Ses nombreuses tours, ses clochers et son beffroi lui ont même valu le surnom de Manhattan du Moyen-Âge. Un magnifique musée à ciel ouvert où l’on flâne le nez en l’air, où l’on se perd dans de petites ruelles avant de s’arrêter au bord de l’eau, une bonne bière belge à la mano. Bien moins touristique que sa voisine Bruges, Gand saura vous surprendre par sa douceur et son authenticité, mais aussi par ses bistrots et ses restos qui vous mèneront très vite à l’art de vivre flamand. Suivez le guide « Gand on arrive en ville », il vous emmène pour un beau voyage dans la ville de Gand.

Vivre le foot populaire aux portes de Paris

Vivre le foot populaire aux portes de Paris

S‘il y a un endroit où le football populaire est roi c’est bien du côté du mythique stade Bauer. À quelques pas de Paris, en sortant à la station Porte de Clignancourt et en partant en direction des Puces de Saint-Ouen, se trouve le célèbre stade du Red Star FC. Une destination immanquable pour tout supporter de passage dans la capitale, amoureux de tribunes et d’ambiances joviales et populaires. Un stade que chaque groundhopper doit avoir au moins fait une fois dans sa vie.

En arrivant de l’Avenue Michelet et en prenant la rue du Docteur Bauer, on est vite frappé par l’engouement et l’esprit festif qui règnent devant l’entrée du stade et tout autour de L’Olympic, le rade emblématique des supporters du Red Star. Chacun boit sa pinte ou sa cannette Heineken achetée à l’épicerie d’à côté. Il y a ceux qui portent les écharpes et le maillot rayé des Red Star Fans, et ceux qui ont leur tout dernier maillot Vice. Il y a ces hommes et ces femmes aux looks bien antifa, et ces hipsters qui viennent au stade comme ils iraient boire un verre à la terrasse d’un café, assurés de s’amuser et de bien attaquer le week-end en profitant d’une bonne soirée entre copains.

Car dès qu’on pénètre dans l’enceinte de Bauer, on rentre dans une espèce de grande famille, celle de Bauer, où tout à coup, tout le football de ton enfance ressurgit. Ce bon football populaire avec ses buvettes, ses immenses fumées de barbecues, ses barquettes de frites et ses sandwichs merguez. Alors, quand on met les pieds dans la tribune Première Est, celle de Rino Della Negra, résistant communiste fusillé en 1944, dès qu’on entend les premiers coups de tambour et les premières notes des supporters, il est juste impossible de résister à cette envie de se prendre au jeu, de frapper dans ses mains et de reprendre en cœur ces chants si particuliers de Bauer.

Vive l’aventure et vivre le foot !

 

Stade Bauer
92 Rue du Dr Bauer
93400 Saint-Ouen

 

Plus d’infos sur https://www.redstar.fr/
Acheter ses billets pour le prochain match.

 

 

Photos prises le 23 août 2019 lors du match Red Star-Dunkerque.

StadiumGO, le Blablacar des supporters qui vont au stade

StadiumGO, le covoiturage des supporters qui vont au stade

Avec l’avènement du groundhopping en France, nouvelle forme de supportérisme née en Angleterre dans les années 70 qui consiste à aller voir des matchs dans des stades que l’on ne connaît pas, les initiatives pour faciliter le déplacement des supporters fleurissent saison après saison. La toute dernière en date est l’application StadiumGO, une plateforme de covoiturage entièrement dédiée aux supporters qui vont au stade. Rencontre avec Romain, fondateur de cette appli boosteuse d’aventure-foot.

la brasserie stéphanoise, brasserie, bière stéphanoise, bière made in sainté, brasserie Mosser, la manu saint etienne, st etienne, la buvette, gustave le populaire, dorian beaune, culture foot

Oh mon b’let, tu la connais la bière Made in Sainté ?

« On n’est pas d’un pays mais on est d’une ville » chantait Bernard Lavilliers passé un temps au sujet d’Sainté. Ce fort attach’ment à l’histoire et aux coutumes d’cette ville, cet espèce de militantisme local également très présent dans la mentalité ultra, se retrouve même dans la binouze du côté du Forez. En effet, un d’mi-siècle après la fermeture d’sa toute dernière brasserie, trois garagnas ont fait r’naitre l’art brassicole pour tous les amoureux d’roteuses artisanales ! En bon gaga que j’suis, j’ai chaussé mes grolles et j’ai fait mon petit viron le jour d’la Saint Pat’ au local d’la Brasserie Stéphanoise. L’endroit où sont fabriquées, d’puis deux piges, des bières made in Sainté !