L’Espérance Hostunoise fait parti de ces clubs de villages qui véhiculent les valeurs du football populaire. Celui que j’aime, celui qui me fait lever un dimanche à 7h du mat’ pour aller voir courir mon gamin derrière un ballon et boire des Kanter avec mes potes. Tu m’accorderas à dire qu’c’est quand même plus bandant qu’une grâce mat’ à mater les Feux de l’amour avec sa mère, que j’n’ai plus réussi à toucher depuis le bal d’la Fête des Laboureurs de 79.

esperance-hostunoise-hostun-village-district-football-labuvette-5

Bref, l’Espérance Hostunoise c’est un bon club de district, celui de la Drôme Ardèche, un club où on va mater des matchs accoudés aux barrières blanches qui entourent le pré, où on joue à celui qui gueulera le plus fort sur l’arbitre pour remporter l’oscar du père le plus détestable. Un club où l’on admire les coupes départementales étalées sur les étagères en bois d’la buvette à « Binbin » et les quelques photos d’équipes remplies d’histoires fixées de traviole sur les murs. A la buvette, on parle football bien sur, mais aussi des baignes balancées au bal la veille ou encore des derniers résultats du Quinté+. On admire les matchs des équipes à Joël Rimet alias France, l’entraineur de toute la marmaille hostunoise. On s’amuse aussi à jouer à Motus dès que Binbin glisse sa main dans les bidons bleus en plastique pour nous choper à l’aveugle une Kanter. La boule noire, c’est la HK, elle sort si peu souvent de l’eau presque glacée qu’on est bien heureux quand ça arrive.

esperance-hostunoise-hostun-village-district-football-labuvette-7

Mais l’EH n’est pas n’importe quel club. Situé entre Valence et Grenoble, dans le village d’Hostun, il a été créé en 1940 sous l’occupation allemande pendant que c’qui restait d’la France se faisait discret en dessous de Vichy. C’est un club, qui en 1942, a mis son avenir en pause pour répondre à l’appel du Général de Gaulle à faire front aux Nazis. Une fois la guerre remportée pour de bon, la jeunesse hostunoise du village s’empara du football total avec toute la fougue et la combativité propres à Hostun. Ils disputèrent les tournois de Sixte, internes à leur établissement scolaire, allant même jusqu’à disputer les tournois catholiques du coin qu’ils remportèrent même une fois dans une finale jouée sous les feux de voitures. Les années passèrent et leur passion créa une dynamique, qui en 1961 permit à l’Espérance de renaître de ses cendres grâce à cette jeunesse tenace et soudée, malgré un terrain avec un mètre de dénivelé et une usine de composants électriques comme vestiaire.

A lire aussi:
Les photos qu’on ne peut voir qu’au niveau District.

Cela n’empêchera pas ces guerriers celtes de l’EH d’effectuer une longue série d’ascensions aux niveaux supérieurs sous la houlette du Matt Busby local, Mr Marcel Gauthier, qui d’ailleurs, continue ses visites au stade les dimanches. Aujourd’hui en première division du District, l’Espérance Hostuoise espère une nouvelle remontée, cette fois-ci en Promotion Honneur.

Le club vient d’embaucher son tout premier employé, Romuald, et vient tout juste de lancer son site internet où est disponible à la vente leur beau maillot adidas. Alors si tu veux aider ce beau club d’la Drôme à récolter des fonds pour poursuivre son développement, n’hésite pas à partager cet article, aimer la page facebook du club ou même à acheter le maillot du Celtic du Ditrict!

esperance-hostunoise-hostun-village-district-football-labuvette-1

esperance-hostunoise-hostun-village-district-football-labuvette-3

esperance-hostunoise-hostun-village-district-football-labuvette-4

esperance-hostunoise-hostun-village-district-football-labuvette-6

esperance-hostunoise-hostun-village-district-football-labuvette-9

esperance-hostunoise-hostun-village-district-football-labuvette-10

esperance-hostunoise-hostun-village-district-football-labuvette-11

esperance-hostunoise-hostun-village-district-football-labuvette-13

esperance-hostunoise-hostun-village-district-football-labuvette-14

esperance-hostunoise-hostun-village-district-football-labuvette-15

Photos tombées du camtar de Clementine Kenyon

Leave a comment